GoldCondom-SexToys.com : Tout sur le sexshop et les sextoys

mercredi 24 septembre 2008

Jenna Jameson enceinte

- La star du cinéma porno, Jenna Jameson, a confirmé qu'elle attendait son premier enfant -

La vedette de 34 ans a confirmé la nouvelle à UsMagazine : « Oui, je peux confirmer que je suis enceinte. C'est encore tôt, alors je suis prudente. Je suis le plus attentionnée possible. »

Lire la suite

mardi 23 septembre 2008

Des actrices françaises réalisent un film porno !

Mélanie Laurent, Arielle Dombasle et Helena Noguerra vont se mettre derrière la caméra…

Lire la suite

jeudi 18 septembre 2008

Un peu d'humour...

Quel est le fromage préféré de Carla Bruni ?
Le président !

Quelle est la différence entre Sebastien Loeb et Sarkozy ?
Loeb est le premier à Monté-Carlo et Sarkozy est le dernier à monter Carla...

Quel est le gâteau préféré de Sarkozy ?
Réponse : Le bruni (brownie)

Qu'a fait Sarkozy à la plage ?
Réponse : Il n'a pas bronzé, car il a bruni !

À cause de « l'innocence » de Tarzan qui a vécu seul pendant si longtemps, Jane dut lui donner

Lire la suite

mercredi 17 septembre 2008

L'histoire du préservatif de 6000 ans avant Jésus Christ au 17e siècle (suite)

XVIIIème Siècle.<br />
Plusieurs théories circulent quant à l'origine du nom "Condom": La première mention de ce nom ce trouve dans "A Scots answer to a British vision", un poème qui fut probablement écrit par John Hamilton en 1706.

Très vite, de nombreux anonymes se manifestent et, en 1708, le poème "Almonds for parrots" laisse échapper ces quelques mots peu encourageants: "cette heureuse invention (…) éteignait la chaleur du feu de Vénus et préservait la flamme du désir de l'amour."

Tout a commencé, sur le plan commercial, avec la conférence internationale ouverte à Utrecht en 1712 et qui devait aboutir, un an plus tard, à la signature d'un traité mettant fin à la guerre de succession d'Espagne. La ville d'Utrecht, littéralement envahie plusieurs mois par des hommes d'État et de hauts personnages venus d'Espagne, d'Angleterre, de France etc... attira une foule de dames galantes. Venues là pour distraire ces messieurs, elles ouvrirent des maisons ou reçurent les diplomates dans leurs appartements.

Malheureusement, plusieurs d'entre elles avaient apporté, dans leurs bagages, quelques maladies vénériennes. La chose n'étant pas un secret, un artisan eu l'idée de traiter à sa façon le caecum de mouton, dont les parcheminiers tiraient des pellicules fines et transparentes pour faciliter la cicatrisation des plaies ulcérées et des brûlures. Reprenant un procédé ancien, il utilisa ce caecum de mouton en lui conservant sa forme de fourreau et en le fermant d'un côté; il obtint ainsi un préservatif. Grâce à lui, on peut alors acheter cet article dans une boutique située à l'angle de Beynijn Hof...
Dès que la conférence fut terminée, tous les diplomates regagnèrent leurs pays et plusieurs personnalités britanniques rapportèrent, en souvenir, quelques spécimens de ces petites cuirasses protectrices.
Des industriels et des hommes d'affaires décidèrent de fabriquer et de mettre en vente, sous le nom de "Condom", ces appareils d'hygiène. "Condom" était une transcription du verbe latin "Condere" qui signifie "cacher ou protéger".

Lire la suite

La grosse bourde !!

Un DVD porno gay s'est glissé dans un magazine pour enfants...

Lire la suite

lundi 15 septembre 2008

Un homme découvre sa femme au lit avec le prêtre de leur paroisse !

Alors qu’un Italien rentrait chez lui plus tôt que d’habitude après sa journée de travail, il a surpris sa femme au lit avec le prêtre de leur paroisse...

Lire la suite

vendredi 12 septembre 2008

L'histoire du préservatif de 6000 ans avant Jésus Christ au 17e siècle

6000 avant Jésus Christ.

L'usage du préservatif remonte à plusieurs millénaires.
Une statuette égyptienne vieille de 6.000 ans montre déjà un Égyptien muni d'un "étui" anti-contraceptif.


1500 avant J.C.

Le roi de Crète Minos aurait utilisé un sachet en vessie de chèvre.


1350-1220 avant J.C.

Au cours de la XIX dynastie (1350 - 1200 avant notre ère) le "préservatif" en lin était destiné à se protéger des maladies.
Le "Deutsche Gesellschaft für Urologie" de 1911 montre une illustration d'un "fourreau Égyptien non contraceptif", utilisé par les chefs de tribu en tant que protection contre les infections, blessures et morsures d'insectes.
Des fresques ornant différents tombeaux du temple de Karnac, bâti au cours de la 19ème dynastie, représentent un homme dont l'extrémité du sexe est recouverte d'un petit capuchon.
Le sexe de certaines momies, toujours en Égypte, était enfermé dans de solides pochons leur assurant protection au royaume des morts.
Il ne s'agissait sans doute pas là de préservatifs mais plutôt d'étuis protecteurs comme en utilisent encore les hommes de certaines tribus primitives pour se garantir des branches épineuses ou d'éventuelles piqûres d'insectes.


Ier Siècle avant J.C.

Les Romains aussi connaissaient une forme de condom, fabriqué à partir d'intestins ou de vessies d'animaux.


L'an 100-200 (Ier et IIème siècle).<br />
La première évidence de l'utilisation du "préservatif " en Europe remonte vers 100-200 de notre ère, sur des peintures pariétales à Combarelles (Dordogne) en France. Un dessin montrerait un homme et une femme faisant l'amour, et où le pénis de l'homme serait "protégé".


Xème Siècle.

L'existence du préservatif se précise autour du Xème siècle de notre ère en Asie. Les Chinois optent pour le papier de soie huilée et les Japonais connaissent sous le nom de Kabuta-gata, des accessoires fabriqués en écailles de tortues ou en cuir que l'on rangeait dans des "boîtes joyeuses". Ces préservatifs pouvaient, grâce à leur rigidité, servir tout aussi bien de godemichés.


XVIème Siècle.

C'est l'anatomiste et chirurgien italien Gabriel Fallopio (ou Gabriel Fallopius), plus connu sous le nom de Gabriel Fallope, né à Modène en 1523, qui est l'inventeur du "fourreau d'étoffe légère, fait sur mesure, pour protéger des maladies vénériennes". Il a aussi conduit des essais sur 1.100 hommes utilisant le préservatif, aucun de ces hommes de Naples n'ayant été infecté par la "carie française" ou syphilis. Jusqu'à sa mort en 1562, ce chirurgien élève de Vesale, occupa à Padoue la chaire d'anatomie et de chirurgie; il fut surnommé l'Esculape de son siècle et fut appelé à soigner Jules II et François 1er. En 1564, la première publication connue concernant la description d'essais d'utilisation de préservatifs prophylactique est publiée sous le nom de "De morbo gallico". Gabriel Fallopius, meurt deux ans avant la publication de son texte.
"De morbo gallico", dans le chapitre consacré à la "préservation contre la carie française" (la syphilis), mentionne à propos de cette invention: "Demum cum coiverit ponat supra glandem et recurrat praeputium", phrase que l'on traduit souvent par "Seulement lorsqu'il aura des rapports, qu'il le place sur le gland et fasse revenir le prépuce".
Mais de nombreux latinistes ont fait remarquer que "coiverit", futur antérieur, ne saurait se traduire que par "aura eu des rapports", et voilà donc notre premier préservatif devenu une simple compresse hygiénique, à utiliser "après coup", comme le futur pro-kit américain.
Quoi qu'il en soit, cette invention baptisée "gant de Vénus" par Shakespeare, peu fiable tant dans son étanchéité que dans son maintien, fut, semble-t-il, rapidement abandonnée et un certain Ranchin, au début du 17ème siècle, préfère donner ces conseils pleins de bon sens :
"Mieux vaut que l'on ne séjourne pas trop longtemps avec une femme gastée et que l'on soit diligent à laver et sécher le membre, car si l'on s'y endort longuement, il n'y a plus de remèdes. Enfin, le membre doit être droit et non pas mol et flasque, pour ce que, autrement, il boit l'infection comme une éponge et tout devient inutile".


XVIIème Siècle, vers 1660.

Une des théories la plus répandue est celle qui dit que l'origine du mot préservatif serait son inventeur Monsieur Condom ou Conton, qui travaillait à la cour du Roi Charles II. Certains prétendent qu'il était médecin, d'autres colonel et que Charles II était tellement ravi de cette invention qu'il le fit Chevalier. Quoique cette histoire soit très drôle, on y attache en général peu de crédibilité. En France, c'est un roi de France (Louis XIV) qui les utilise dès le XVIIème siècle, malgré une loi qui rend passible de prison le fait de posséder ou de vendre des préservatifs.
Une autre théorie dit que le nom est dérivé du mot latin "condus", qui veut dire "respect".
Ce préservatif, toujours constitué d'un boyau animal, n'est ni confortable, ni très sûr, ce qui fait dire à la Marquise de Sévigné, s'adressant à sa fille la Comtesse de Grignan: "c'est une cuirasse contre le plaisir, une toile d'araignée contre le danger ", aphorisme également attribué, un siècle plus tard, dans certains ouvrages, à la baronne de Staël, fille de Necker.


.... Du 18e siècle à nos jours : la semaine prochaine !

jeudi 11 septembre 2008

Lingerie

Lingerie est le terme utilisé pour désigner l'ensemble des sous-vêtements et des vêtements de nuit. Elle se caractérise par des tissus fins, lavables, brodés ou garnis de dentelles.

Autrefois appelée linge de corps parfois qualifiée de dessous, le terme « lingerie » a longtemps désigné les sous-vêtements féminins, même si depuis les années 1990 certains sous-vêtements masculins peuvent aussi entrer dans cette définition.
La lingerie d'aujourd'hui se veut fonctionnelle et élégante. C'est un produit de consommation emblématique de la mode. Douce, soyeuse, légère ou transparente, elle est pour de nombreuses femmes et hommes un atout de séduction.
La lingerie sexy doit résoudre le paradoxe : cacher ce que l'on montre et montrer ce que l'on cache.

mercredi 10 septembre 2008

Les aphrodisiaques

Depuis la nuit des temps, au quatre coins du monde, la médecine naturelle et traditionnelle, quelqu'en soit l'origine, a utilisé les plantes aphrodisiaques pour préparer des filtres, potions et autres élixirs d'amour afin d'augmenter le désir, stimuler la virilité et les performances sexuelles des hommes comme des femmes. C'est à Aphrodite, Déesse grecque de l'amour que l'on doit l'origine du mot Aphrodisiaque.

Exotique et sans effet pour certains, naturel et efficace pour d'autres les produits aphrodisiaques à base de plantes (yohimbe, damiana, guarana, ying yang huo...) sont largement utilisé pour combattre les effets de l'âge sur les performances sexuelles, l'impuissance et la frigidité liés au stress, la perte de libido, l'éjaculation précoce, les difficultés d'érection et le manque de vigueur sexuelle. Autant de causes qui s'opposent à la pleine et entière satisfaction sexuelle des partenaires. Ces produits aphrodisiaques ne sont plus aujourd'hui réservé au seul usage de l'homme, plusieurs recettes dans ce sites sont des aphrodisiaques pour femme.

Excitant, tonifiant, euphorisant, stimulant, tous les produits aphrodisiaques n'ont pas le même effet, certains agissent sur la libido, d'autres sur l'érection et d'autres encore sur l'excitation, la performance ou l'augmentation du plaisir ce qui les rend si populaire dans nos sociétés.

Bien que les données scientifiques manquent souvent pour démontrer avec précision et certitude l'efficacité des aphrodisiaques, la science ne cesse de découvrir, dans les plantes aphrodisiaques et les épices entrant dans la composition des produits aphrodisiaques, certains principes actifs aussitôt récupéré par l'industrie pharmaceutique, réduisant chaque jour davantage l'écart entre le "Mythe" d'hier et les connaissances d'aujourd'hui.

Préparez vous-mêmes ce coktail aphrodisiaque, le Kiss Gin :

Ingrédients :
2 cl de gin
Jus d’un demi citron
Eau gazeuse

Préparation du Cocktail Aphrodisiaque ”Kiss Gin"
Au Shaker : verser dans le shaker les ingrédients avec des glaçons. Verser en retenant les glaçons dans le verre fivré au sucre et complétez avec l’eau gazeuse.

Servir dans un verre de type “verre à cocktail”, garni d’un zeste de citron et deux cerises confites dans le verre.

lundi 8 septembre 2008

Petit bestiaire du plasir...

Rabbit ou tête de Dauphin ?

Lire la suite

jeudi 4 septembre 2008

Du sexe pour oublier la menace nucléaire.

Citation...

Lire la suite

Valid XHTML 1.0 Strict